Le site du lycée Pierre de Coubertin à Calais
Vous êtes ici : Accueil » Elèves » Post-Bac : Témoignages » Le Grec après le Baccalauréat

Le Grec après le Baccalauréat

D 31 août 2005     H 12:25     A     C 0 messages


Je crois que j’aime le grec parce que j’aime la Grèce... J’entends par là la Grèce Ancienne bien sûr... Je ne sais plus quand m’est venu ce goût pour les vestiges, pour la civilisation grecque... Peut-être en cours de latin, quand notre professeur nous faisait voir les correspondances, les liens étroits entre ces deux civilisations... Ou alors la lecture des contes mythologiques...
Toujours est-il que lorsqu’il a été possible pour moi d’étudier le grec ancien, je n’ai pas hésité... Et je n’ai jamais aussi bien fait... Cette année là, ma prof a fait participé la classe (ce qui est un bien grand mot pour les cinq élèves que nous étions) à un concours de civilisation grecque dont le thème portait sur la civilisation minoenne, et avec à la clé, un billet pour la Grèce... Je suppose que vous avez tous deviné où je veux en venir... J’ai fait partie des lauréats de ce concours, et je suis donc allée en Grèce une semaine, encadrée par des gens passionnés par ce pays, ce qui ne m’a finalement donné que plus l’envie d’y retourner et de continuer à étudier cette civilisation...

Alors voilà, je crois que la première raison pour laquelle j’aime le grec, c’est celle que je viens d’exposer... Je suis maintenant en FAC d’histoire et je ferai l’an prochain mon master 1 (comprenez la maîtrise) en histoire grecque... Et pour cela, les connaissances en grec ancien deviennent très souhaitables, voire indispensables...

Et puis je crois aussi que je me suis prise au jeu... (euh oui, pour moi le grec est un jeu...) J’avais déjà adoré le latin parce qu’il m’apparaissait comme un jeu de piste... ou quelque chose de ce genre... chercher des mots dans un dico, analyser les structures de la phrase, afin d’arriver à la déchiffrer parfaitement... Voilà, le grec c’est pratiquement pareil, sauf qu’au jeu de piste s’ajoute une étape : celle du déchiffrage de l’alphabet...

Alors voilà, ça ce sont les raisons qui font que j’aime le grec et que je continuerai de l’étudier... Si toutefois je devais généraliser les apports du grec, je dirais que son étude permet d’obtenir une connaissance générale de cette civilisation passionnante ; qu’il permet aussi -parfois- d’approcher le sens d’un mot français que l’on ne connaît pas en en retrouvant ses racines grecques...
Mais je crois sincèrement, que l’on ne fait pas de grec (ni de latin d’ailleurs) lorsque l’on se dit « ouais, mais à quoi ça sert toutes ces langues mortes... »... Je crois que pour aimer l’étude de ces langues anciennes (et c’est là toute la différence), il faut avoir certaines prédispositions, j’entends par là non pas certaines capacités intellectuelles, mais des prédispositions à aimer ces langues, et donc aimer au préalable l’étude de leurs civilisations... à moins d’être un puriste et d’aimer la langue pour elle-même...
Bref, pour aimer ces langues, il faut aimer se tourner vers un passé, très lointain certes, mais pas moins important, car à la base de notre civilisation tout de même...

Je suis retournée en Grèce cette année... Et chaque voyage, au lieu de me lasser petit à petit, ne fait que m’émerveiller encore plus des prouesses de cette civilisation... Et j’y retournerai...

Elise Cousin, bac S 2002