Le site du lycée Pierre de Coubertin à Calais
Vous êtes ici : Accueil » Vie du lycée » Culture » Nouvelle escapade de la romancière Carole Martinez au lycée (...)

Nouvelle escapade de la romancière Carole Martinez au lycée Coubertin

D 17 mai 2015     H 11:56     A I.Rembotte     C 0 messages


Quatre ans après le Goncourt des Lycéens que nos élèves de TL avaient contribué à lui décerner, deux ans après une première visite au lycée Coubertin, Carole Martinez revient à Calais, au lycée, et ce mardi 12 mai, deux classes du lycée, la 1ère ST2S2 et la 2nde Blanche ont eu la chance de s’entretenir avec elle. Les élèves l’ont tous trouvée très sympathique et très accessible. Tous avaient tous lu Le Cœur cousu et découvert l’adaptation que Claire Dancoisne avait proposée de ce roman au Channel en janvier en plus du Domaine des Murmures qui a plu à nombre d’entre eux.

Voici comment les élèves de chaque classe rendent compte de ces deux entretiens :

Quelques notes d’Estelle, de 1ère ST2S2 :
- L’envie d’écrire : Carole Martinez a commencé à écrire en CM2, grâce à une institutrice aux cheveux gris qui lui a donné à faire une rédaction où elle devait raconter ses vacances. Elle a beaucoup aimé se livrer à l’écriture, et depuis, elle n’a pas arrêté d’écrire.

- L’inspiration : Son inspiration lui vient de tout, un moment de tristesse, une peine de cœur, une fâcherie... Par exemple, quand elle a vu les tournesols qui suivent le soleil, cela lui a inspiré le personnage de Clara dans Le Cœur Cousu.

- Pourquoi écrire ? pour se faire plaisir ou pour faire plaisir aux autres ? Les deux. Carole Martinez éprouve beaucoup de plaisir à écrire mais elle a aussi besoin que ce qu’elle écrit soit lu et apprécié. Elle est écrit pour elle, elle en a besoin. Elle a une très grande imagination. Elle adore écrire.

-  Le merveilleux  : elle aime le merveilleux car elle est tombée dedans depuis toute petite grâce sa grand-mère qui ne vivait pas dans un univers bien rationnel.

- La durée de l’écriture pour un livre : il lui a fallu quatorze ans pour écrire Le Cœur Cousu et quatre ans pour écrire Du Domaine des Murmures.

- L’adaptation du Cœur cousu par Claire Dancoisne : elle a beaucoup aimé. Elle l’a trouvée très belle, le cheval notamment, et très bien représentée.

Quelques notes d’Enzo, élève de 2nde Blanche :
- Sa passion pour l’écriture : Carole Martinez est capable d’écrire pendant des heures sans interruption avant de revenir grâce à un simple réveil dans le monde réel. Elle dit à ce propos : « écrire, c’est un peu comme dormir ». L’écriture est aussi quelque chose de génial pour elle.

- Construire ses livres  : elle « sait toujours où elle va mais jamais par où elle va passer ». Carole Martinez aime se faire surprendre et n’hésite pas à faire des détours dans l’écriture de ses romans qui ne sont jamais « fixés à l’avance ».

- Ses études littéraires : elle a passé un CAPES de lettres modernes une première fois mais son oral a été une catastrophe (elle a rompu avec son copain quelque temps auparavant). Pendant les trois semaines d’attente des résultats, elle s’est mise à écrire un livre pour la jeunesse, Le Cri du livre, et a adoré cela. L’année suivante elle a de nouveau passé le CAPES avec succès.

- L’origine de son premier roman  : Le Cœur Cousu, c’est avant tout une histoire de famille ; sa grand-mère lui a souvent raconté l’histoire de son arrière arrière arrière grand-mère qui s’appelait Frasquita Carasco comme le personnage principal du Cœur Cousu.
Cette femme vivait dans le sud de l’Espagne et a vécu une histoire similaire à l’héroïne du roman. Cette femme était un mythe pour la grand-mère de Carole alors que cette dernière la qualifiait de victime puisqu’elle était partie sous la contrainte, afin de ne pas payer la dette de son mari qui l’avait vendue. C’est ainsi que Carole Martinez a eu envie d’écrire son premier roman pour adultes avec ce sujet.

- Le type de roman qu’elle écrit : Carole Martinez ne place pas son roman dans une case, une catégorie, mais elle a découvert qu’on utilisait souvent pour Le Cœur cousu une expression qu’elle ne connaissait pas : le réalisme magique, une manière de raconter qui même réalisme et merveilleux et qui est porté par la littérature sud-américaine.

- Le lien perméable entre l’écriture et la rêvasserie : la rêvasserie est une idée très présente pour Carole Martinez, elle est indispensable pour l’écriture de ses romans. Adolescente elle pouvait rêvasser jusqu’à 6h par jour !

- Son prochain roman : Carole Martinez vient de terminer d’écrire un roman qui sortira en août 2015. Pour écrire la fin de son roman, elle n’a pas hésité, elle qui n’aime pas la solitude, à s’isoler pendant un mois et demi dans une maison seule à la campagne et sans télévision !

Impression générale de Mathilde, élève de 2nde Blanche :
Carole Martinez est une femme très intéressante notamment grâce à sa vision du monde quelque peu différente de la nôtre. Maintenant, je pense à mes rêveries car il est vrai que l’on n’y fait pas attention et aussi à la comparaison du sommeil avec l’écriture. J’ai été déçue quand la sonnerie a retenti, je pense qu’une heure était une durée trop courte car nous n’avons pas eu le temps de parler de la représentation théâtrale du Cœur cousu et ni Du Domaine des Murmures.

Après ces deux entretiens enthousiasmants, chacun n’a plus qu’un souhait : que la romancière revienne nous rendre visite dans deux ans. Nos élèves auront eu la joie de découvrir son troisième roman en plus des deux précédents, un livre au titre alléchant, La Terre qui penche, l’histoire mouvementée d’une jeune fille du quatorze siècle. A découvrir dès août 2015 !

Portfolio

Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message