Le site du lycée Pierre de Coubertin à Calais
Vous êtes ici : Accueil » Vie du lycée » Culture » L’écrivain Pierre Péju au lycée Pierre de Coubertin le vendredi 17 (...)

L’écrivain Pierre Péju au lycée Pierre de Coubertin le vendredi 17 avril

D 18 avril 2009     H 11:14     A I.Rembotte     C 2 messages


Rencontrer un écrivain dont on a d’abord découvert l’oeuvre suscite souvent l’enthousiasme des jeunes lecteurs. Aussi les professeurs de lettres du lycée ont-ils voulu faire vivre une nouvelle fois cette aventure à leurs élèves, et Pierre PEJU, auteur d’essais et de romans dont La petite Chartreuse, Le Rire de l’ogre et Cœur de pierre a quitté sa région grenobloise pour répondre aux questions de plus de deux cents élèves.

Le matin, Pierre Péju a affronté vaillamment un vaste public de lycéens : les 2ndes Blanche, Bleue et Bordeaux ainsi que la 1ère L ont pu lui poser toutes les questions qu’a fait naître la lecture des trois romans cités ci-dessus.
L’après-midi, ce sont les troisièmes du collège Jean Macé escortés de quelques élèves des collèges République, Jean Monnet, Vauban et Blériot qui l’ont à leur tour rencontré.

A l’occasion de cette rencontre, un concours d’écriture a été organisé : après avoir lu un ou des romans de Pierre Péju, tous les élèves ont été invités à écrire une lettre à l’écrivain afin de lui transmettre leurs sentiments et réactions à la lecture de son œuvre.

Plus de deux cents élèves ont participé à ce concours, cent dix lycéens et plus de cent collégiens. Cinquante-quatre lettres ont été retenues comme finalistes, trente-deux chez les collégiens, vingt-deux chez les lycéens parmi lesquelles il a de nouveau fallu effectuer un choix.

Pour effectuer cette nouvelle sélection, Pierre Péju a été aidé de bonnes volontés d’ici… et d’ailleurs :

Ont participé à la sélection des lettres de collégiens
-  Patricia Cadet, professeure de lettres au collège Jean Jaurès
-  Pascale Jaffrain, professeure de lettres au collège République
-  Louise Sauvageau, professeure retraitée de l’école Paul-Hubert de Rimouski au Québec
-  Anne Penet, documentaliste au lycée Coubertin
-  Anne Dekindt, documentaliste au lycée Coubertin
-  Manuel Tinoco Vilchez, libraire de La Mouette Liseuse
-  Astoria Tamsson, proviseure-adjointe du lycée Coubertin
-  Roseline Dumont, professeure retraitée du collège de Cléon
-  Jacques Varenne, correspondant pour La Voix du Nord

La commission qui a collaboré pour choisir des lettres de lycéens a été constituée de :
-  Louise Sauvageau, professeure retraitée de l’école Paul-Hubert de Rimouski au Québec
-  Dominique Gournay, professeure de lettres au lycée Coubertin,
-  Emeline Lorimier, professeure de lettres au collège Jean Macé
-  Marie-Josèphe Bomy, professeure de lettres au collège Vauban
-  Anne Penet, documentaliste au lycée Coubertin
-  Anne Dekindt, documentaliste au lycée Coubertin

Trois prix ont finalement été décernés par niveau, mais Pierre Péju a éprouvé bien des difficultés, des hésitations, voire des scrupules lorsqu’il s’est agi de choisir.

Toutefois, comme nous ne pouvions attribuer cinquante-quatre bons d’achat et récompenser ainsi tous les finalistes (!), l’écrivain a dû effectuer un choix, et dix élèves ont remporté des bons d’achat offerts par le lycée et par le FSE : ils pourront s’offrir de nouveaux livres dans une petite librairie dont une élève a signalé qu’elle lui rappelait celle du personnage principal de La petite Chartreuse, même si elle n’a pas pour nom "Le Verbe être" mais "La Mouette liseuse"...

Chez les collégiens :
 1er prix : bon d’achat de 35€ obtenu par Océane Evrard du collège Jean Monnet à Coulogne
 2ème prix : bon d’achat de 25€ obtenu par Marie Delavier du collège de Coulogne
 3ème prix : bon d’achat de 20€ obtenu par Kévin Rouard du collège Jean Macé

Chez les lycéens de 2nde :
 1er prix : bon d’achat de 30€ obtenu par Julien Wildau de 2nde Blanche
 2ème prix : bon d’achat de 20€ obtenu par Anaïs Mattéi de 2nde Bordeaux
 3ème prix : bon d’achat de 15€ obtenu par Ségolène Dierricks de 2nde Bordeaux
 3ème prix ex aequo : bon d’achat de 15€ obtenu par Amélie Masset de 2nde Bleue

Chez les lycéens de 1ère L :
 1er prix : bon d’achat de 30€ obtenu par Camille Benedetti
 1er prix ex aequo : bon d’achat de 30€ obtenu par Marine Cadet
 3ème prix : bon d’achat de 20€ obtenu par Sophie Evrard

Voici quelques extraits des lettres finalistes :

Plus tard dans la vie de Paul, vous nous le présentez comme un sculpteur hors du commun et très doué. Je peux vous confesser que ses œuvres m’intriguent, à quoi ressemble « Le rire de l’Ogre » ? A un rocher rempli de barbelés ? Peut-être est-ce pour nous montrer que des choses simples peuvent être remplies d’objets pouvant faire le mal, comme les hommes qui peuvent être simples d’apparence et horribles à l’intérieur. Florian

Avec la description de la librairie, j’ai reconnu mes propres sensations de lectrice dans une bibliothèque. Vous faites également allusion à un geste que chaque lecteur fait régulièrement, et qui paraît anodin pour celui le faisant souvent. Il s’agit du fait de prendre un livre rangé, en mettant un index sur la tranche et en le faisant basculer en arrière. Quand j’ai découvert ce passage, j’ai immédiatement reconnu un geste banal que j’effectue très régulièrement. Ainsi ai-je été enchantée de la lecture de votre œuvre. Camille

Je sais bien que les écrivains ont deux bras, deux jambes et qu’ils s’adonnent à des activités plus ou moins ordinaires. Mais avec toute cette histoire de destin, je me demande : Etes-vous superstitieux ? Je vous imagine parfaitement devant votre boule de cristal avec, pourquoi pas, un troisième oeil au milieu du front. Après tout, un écrivain pour ses lecteurs n’est qu’un nom sur une couverture et ils peuvent imaginer à loisir qui se cache derrière. Louise

Votre roman est à mon sens très poignant, car les solitudes des personnages sont liées, se font écho, et la difficulté à exister se ressent partout : Eva qui n’existe pas en tant que fille de sa mère et qui n’existe plus en tant qu’enfant ; Thérèse, qui n’existe pas en tant que mère mais en tant que jeune femme effrayée par les responsabilités et quelque peu déséquilibrée à mon sens ; et Vollard qui n’existe en tant qu’être humain que dans sa librairie, mais celle-ci n’existe plus. Elle porte d’ailleurs un nom révélateur : « Le Verbe Être », si inaccessible pour les personnages. Marine

Félicitations à tous les élèves !

Un compte rendu de la rencontre des lycéens avec Pierre Péju sera publié sur le site prochainement.

Portfolio

  • Pierre Péju et les trois collégiens lauréats
  • Pierre Péju et les dix lauréats
  • Pierre Péju et les quatre lauréats de 2nde
  • Pierre Péju et les trois lauréates de 1ère L

2 Messages

  • C’était un réel plaisir pour moi d’entreprendre cet échange avec Monsieur Pierre Péju. Suite à cette conférence, nous avons appris des choses très intéréssantes sur lui-même. Nous avons également eu la chance que Pierre Péju réponde à nos questions de façon très explicite et énormément développée. En ce qui concerne le Concours, je suis ravie d’avoir obtenu le 2ème Prix. Je remercie toutes les personnes qui sont au coeur de cette organisation pour cette rencontre et je vous dis à très bientôt !

    Ps : Dans L’article vous présentez quelques livres de Pierre Péju(La petite Chartreuse, Coeur de Pierre, Le rire de l’Ogre), je voudrais juste en ajouter un autre qui s’intitule ’’La vie courante’’ qui est un livre plutot autobiographique mais néanmoins très passionnant.


  • Bonjour de Rimouski, Québec

    Ce fut un immense plaisir de lire les lettres écrites par les élèves de vos établissements scolaires.
    Félicitations à tous les organisateurs et à toutes les organisatrices et bravo aux élèves.

    Continuez !

    Louise Sauvageau
    Professeure d’histoire retraitée