Le site du lycée Pierre de Coubertin à Calais
Vous êtes ici : Accueil » Vie du lycée » Culture » Rencontre avec Philippe GRIMBERT : compte rendu de Benjamin (...)

Rencontre avec Philippe GRIMBERT : compte rendu de Benjamin RUQUET

D 24 janvier 2008     H 21:49     A I.Rembotte     C 1 messages


Vendredi 18 janvier, de 10h à 16h30, M. Philippe GRIMBERT a rencontré trois cent cinquante élèves du lycée et des collèges du secteur. Vous trouverez ci-dessous le compte rendu que nous propose un élève de 2nde Bordeaux de l’une des six rencontres qui ont ponctué cette instructive journée. Tous les élèves avaient lu Un Secret : voyez l’article précédent pour découvrir la vidéo de l’émission Nouvelle Lecture consacrée à ce roman en novembre dernier.

Philippe Grimbert commence en se présentant rapidement. Il est d’abord psychanalyste, ceci l’ayant amené à écrire quelques essais de psychanalyse. Ensuite il a écrit deux romans : La petite Robe de Paul et Un Secret. Aujourd’hui, il nous parle de cette dernière publication.

Tout de suite, on ressent la chaleur de l’auteur, et la façon dont il nous met en confiance montre qu’il est heureux d’être là. Il nous explique que son métier est assez solitaire et que ces échanges sont bénéfiques pour lui car il aime savoir les impressions de ses lecteurs et pour illustrer ces paroles, il explique que publier un livre, c’est comme lancer une bouteille à la mer avec un message à l’intérieur : on ne sait pas où la bouteille arrivera et qui lira le message a l’intérieur.

Puis, suite à une question, il nous dit que le premier jet du livre a pris deux mois mais qu’après, il a fallu retravailler ce roman pendant un an en supprimant des passages. Alors il entre un peu plus dans le cœur du livre. D’abord il faut préciser que cette histoire est autobiographique, que ce livre raconte UN secret de sa famille .Cependant, il dit que c’est plus un roman qu’une autobiographie, qu’il faut prendre en compte sa façon d’écrire, qu’il y a de l’invention (le personnage de Louise en est un exemple).

Ensuite, quelqu’un lui demande de ce qu’il a pensé du film. Il répond par une phrase quelque peu énigmatique « J’ai beaucoup aimé le film car il est à la fois fidèle et infidèle ». Il nous expose que le schéma du roman a été très bien suivi dans le film mais qu’il a aimé les inventions, les changements opérés par le réalisateur.

Il continue en expliquant qu’il est psychanalyste et que le secret qui a été présent dans son enfance lui a donné envie de faire ce métier et ainsi de pouvoir aider les gens. Il ajoute aussi que le livre est une façon de faire revivre les morts, de donner une sépulture à ceux qui n’en n’ont pas eu. Ce roman est d’ailleurs aussi un témoignage.

Quelqu’un lui demande comment il a eu le courage d’écrire cet ouvrage, de dévoiler ainsi lui et sa famille. Il répond que ce n’est pas vraiment lui dans le livre, que le point important c’est le secret et qu’il a réussi à se détacher de l’histoire. Puis philosophiquement, il dit « on s’expose plus quand on invente un récit alors que moi je raconte juste un secret qui a déjà plusieurs années ».

Une autre question arrive : « Que préférez-vous, être psychanalyste ou écrivain ? » Il répond que ces deux métiers se complètent et que finalement, il considère le fait d’être écrivain plus un moyen de se libérer qu’une profession. Il ajoute qu’il aime écrire depuis qu’il a notre âge.

Ensuite, un élève lui demande dans quel état d’esprit il a écrit cet ouvrage. Il répond qu’il a pris du plaisir dans l’écriture de ce roman et aussi qu’il a ressenti des émotions fortes en écrivant certains passages.

Une autre interrogation porte sur sa réaction lorsqu’il a appris le secret de sa famille. Il refuse de répondre mais explique que pour son narrateur, il a voulu une réaction peu banale qui est dans le livre une grande colère.

Quand on lui demande comment lui est venue la première phrase du livre «  Fils unique, j’ai longtemps eu un frère  », il avoue que franchement cette expression lui est venue comme cela et il ajoute qu’en premier lieu, ce n’était pas le début du roman.

Une élève lui demande s’il est fier du succès de son livre. Il répond par un « oui » sans prétention précisant qu’il avait été difficile de retirer certains passages du premier manuscrit. Il ajoute que ces morceaux de texte sont toujours présents dans le livre mais d’une autre façon et cela lui procure un certain soulagement.

Puis vient une autre question qui porte sur ce qu’a pensé du livre sa parenté. Il dit que tous les membres de sa famille sont décédés avant la publication et que jamais il n’aurait pu écrire ce roman, ce secret de leur vivant.

Quelqu’un demande s’il en veut à ses parents de ne pas lui avoir dit le secret tout de suite. Il dit que non car ses parents ne lui ont pas menti, ils ne lui ont juste rien dit. Ensuite il confie qu’il ne sait pas vraiment pourquoi il écrit et qu’être écrivain est pour lui une manière de se libérer, d’être un passeur d’émotion, et d’explorer des territoires inconnus.

Un moment dans le livre, le père change deux lettres de son nom et cela amène la question « pourquoi n’avez-vous pas repris votre ancien nom ? » Il explique que d’une certaine manière ce roman le lui rend .Pour finir, il dit que la littérature qu’il aime, c’est « celle qui tape à l’estomac ».

Pour conclure, j’aimerais donner mes impressions : j’ai trouvé l’auteur vraiment sympathique et très heureux d’être ici. De plus, il n’est point imbu de sa personne ; ce qui est plutôt plaisant. Pour finir, si je devais formuler un avis sur ce livre, je dirais que celui-ci est vraiment émouvant et je trouve normal le fait que l’auteur ait reçu des prix pour ce roman. Je le conseille à tous.

Benjamin RUQUET, 2nde Bordeaux

Portfolio

1 Messages