Le site du lycée Pierre de Coubertin à Calais
Vous êtes ici : Accueil » Elèves » Post-Bac : Témoignages » Médecine par Benjamin

Médecine par Benjamin

D 2 mai 2007     H 20:48     A     C 2 messages


Bonjour,

Si vous êtes ici, il y a deux solutions : vous pouvez faire partie des élèves qui se posent réellement des questions sur leur avenir, ou alors être comme moi, un ancien élève qui vient lire les messages de ses anciens camarades...

Tout d’abord, en ce qui me concerne, je suis étudiant en médecine à Lille. Si vous avez lu les autres articles, vous êtes sûrement déjà effrayé par les "quantités astronomiques" de boulot (je cite) qui sont censées vous assommer l’année prochaine...

Ce n’est pas forcément vrai... Tout simplement, le seul gros changement est que vous serez livré à vous-même et c’est là l’unique chose... alors peut-être aurez-vous le sentiment de vivre quelque chose de difficile ou que ce que vous faites l’est aussi ; mais bien sûr, je pense que l’on fait une montagne de ce qui est boulot quand tout ce qui est n’est que changement de vie.

On n’aime pas changer nos habitudes, ce sera le cas pour vous l’année prochaine ; et c’est cet intrigant changement qui vous a mené jusqu’à cette rubrique... Alors l’année prochaine, n’abandonnez pas, donnez de l’importance à ce que vous faites si cela peut vous aider à réussir, comme tant d’autres (et vous pourrez le voir dans la suite, dans les autres messages).

La médecine est un choix particulier, si c’est ce que vous voulez faire... des cours magistraux qui sont intéressants et une atmosphère bien trop vantée comme folle (au sens positif avec le coté subversif), à tort et à travers... Beaucoup de gens trop plein d’égos bien sûr... C’est un concours ; il n’y a pas tant d’heures de cours, et vous pourrez les surmonter ; le problème est de réviser et vous aurez de la peine à ne pas avoir de regrets comme en ont beaucoup lorsque vous pratiquerez une activité annexe (parce que c’est amplement possible et même obligatoire je pense ; on vous dira que c’est difficile et qu’il faut tout le temps travailler et c’est ainsi que vous échouerez : à trop travailler) ; c’est une épreuve pénible psychologiquement mais à la portée de tous, j’en suis sûr...

Si vous avez des questions précises sur la fac, vous pouvez toujours me les poser... mais la vie est faite de surprise, alors surmontez vos appréhensions et découvrez vous-même l’année prochaine où vous venez de mettre les pieds et faites-vous votre propre idée, vous-même, de ce que vous faites, pour ne pas que l’on vous dicte comment vous devrez travailler... car nombreux seront ceux à le faire, alors que seul vous ménerez cette expérience.

Benjamin Terrasi
bac S, juin 2006

2 Messages

  • Cher Benjamin,

    Vous étiez une petite quarantaine à vouloir faire médecine l’an dernier. J’ai croisé quelques uns d’entre-vous et tous n’avaient pas ton moral. Des grands média le disent ou l’écrivent, des parents me le confirment, l’ambiance est souvent rude et l’entonnoir très resséré malgré l’accroissement du numérus clausus.
    Tu as raison de dédramatiser un certain nombre de choses. Mais pour t’avoir bien connu, je sais que tous les candidats à la médecine n’ont pas ton mental, ni forcément tes aptitudes intellectuelles.
    Je suis en tout cas très heureux d’avoir eu un témoignage sur une formation qui a attiré beaucoup (trop ?) de nos élèves l’an dernier.
    Bonne chance à toi (il en faut toujours un peu dans les concours !).


  • Moi-même étudiante en médecine (mais en 2ème année, youpi !), je te trouve également bien stoïque vis-à-vis de la première année.

    C’est vrai qu’il est difficile de s’adapter au changement de vie par rapport au lycée, mais je pense que ceci est plus dû à la quantité de travail ; par ailleurs assez peu valorisée : si les félicitations pleuvent lors de l’obtention de la P1, il n’en va pas forcément de même dans le cas contraire, ni pour les exams des années supérieures (même si il est évident qu’ils sont plus faciles que la P1, ils nécessitent tout de même un travail intensif (en fin d’année :D)). En fait, il y a peu de valorisation surtout du côté des gens cotoyant la médecine (tu riras lors de tes futurs stages et tes oraux).

    L’intensité du travail à fournir n’est pas la même pour tout le monde : ça dépend notamment de la méthode de travail, mais surtout des capacités de la personne : si en terminal vous êtes assez à l’aise, du bon boulot permettra d’avoir la P1 non pas facilement, mais en 1an en tout cas. Par contre si il y a déjà beaucoup de travail (même si les notes sont bonnes), sincèrement, ça sera difficile.

    L’adaptation à la vie de la faculté dépend surtout des problèmes qu’il y autour de vous. En fait, l’année passe tellement vite à cause du boulot qu’on ne fait pas trop attention à ce qu’il se passe à côté (amis qui s’éloigne, départ de chez les parents....). Mais si il y a des problèmes (familiaux ou même dépression (attention au petit copain qui vous quitte !)), là ça sera difficile.

    Enfin, pour les gens motivés (et il faut l’être !), surtout aérez-vous au maximum, ça ne sert à RIEN de bosser 24h/24, prenez du temps pour les choses quotidiennes (en particulier manger) et voir vos amis. ET n’oubliez pas que la deuxième et la troisième année sont là pour se détendre plus, se faire des amis (faites l’intégration !!!). Y’a pas que la médecine dans la vie !!

    Bon courage a tous ceux qui tentent leur chance, et Benjamin j’espère que tu as réussi.